Deux nouveaux messages sur la page Psychanalyse

Le fétichisme des chiffres

Les chiffres, la quantification -notamment, en sciences humaines, les statistiques- ne livrent pas ipso facto la nature et la causalité des phénomènes ; ils doivent donc être interrogés épistémologiquement. Jean-Claude Schotte nous le montre à l’aide d’un exemple simple et éclairant, où les chiffres sont confrontés au principe de réalité.

Parler sans s’entendre parler

Poursuivant sa réflexion précédente sur le « fétichisme du chiffre », Jean-Claude Schotte montre que la constitution d’un champ de connaissances, acte impliquant la recherche d’une causalité immanente, ne se confond pas avec le relevé statistique d’un ensemble de phénomènes associés. En particulier, les statistiques ne livrent pas l’explication de la pathologie ; leur prudente « neutralité » -revendiquée par ceux qui se prétendent « a-théoriques » cache en fait des postures théoriques implicites ne débouchant pas sur des hypothèses causales. Une telle quantification demeure descriptive, mais ne parvient pas à être explicative.

Share



Laisser un commentaire