Du nouveau

Nos lecteurs assidus ont certainement constaté une interruption du blog durant l’été. Elle était consécutive au changement du code pHp chez l’hébergeur. Après de nombreuses modifications de paramètres (et réparation du Webmaster, mais c’est une autre histoire), tout semble fonctionner correctement.

Vous trouverez dans la rubrique « Psychanalyse » un nouveau message de Jean-Claude Schotte : « La normalisation dissimulée par les chiffres ? » :

L’approche phénoménale des troubles psychiatriques est un traitement statistique de symptômes, ce qui a produit des grilles diagnostiques préétablies comme le DSM. En fait, il n’y a rien d’explicatif dans cette approche et dans les procédés qui en découlent : c’est essentiellement une nomenclature basée sur des moyennes, ignorant ce que l’auteur appelle la « logique de la maladie ».

Il s’agirait en fait d’une appréciation des comportements en fonction d’une norme (« standard » en anglais) opposant les dysfonctionnements présumés des malades aux fonctionnements des sujets réputés « sains ». On peut s’inquiéter des principes fondant une telle norme : recherche d’une plus-value hédoniste ? Utilitarisme en raison d’une (non-) participation à l’économie sociale ? Crainte d’un danger potentiel ? Principes éthiques ? Les cliniciens et psychanalystes se posent ce genre de questions.

Une autre question, inquiétante, mérite d’être examinée : si cette norme n’est pas élaborée en communication par le thérapeute et le patient, si elle est « importée », ne s’agirait-il pas (même inconsciemment) pour certains de discipliner le monde en se parant de l’outil statistique, du DSM, de la CIM ou d’autres grilles de diagnostic ?

Share



Laisser un commentaire